October 16, 2013 | Conférence, Conférences Passées, Développement

L’Humanitaire au coeur du 13e Forum de Bamako

Les travaux de la 13ème édition du Forum de Bamako se sont achevés samedi 16 février 2013 à l’Hôtel Salam. Auparavant les journées du jeudi et du vendredi ont été émaillées de communications. Au nombre de celles-ci des sujets d’actualité brûlante comme : « Etats fragiles en Afrique : principaux challenges et fragilités » et « la problématique de l’humanitaire au Mali ». Ces thèmes ont été exposés respectivement par l’ancien Premier ministre de Guinée, Kabiné Komara et le ministre de l’Action humanitaire, de la Solidarité et des Personnes âgées, Mamadou Sidibé.

D’entrée de jeu, le premier conférencier, Kabiné Komara a situé le rôle d’un Etat en temps de paix et de crise (comme le nôtre actuellement). Le rôle d’un Etat selon, l’ancien premier ministre guinéen est d’assurer la sécurité et la protection de ses citoyens, de gérer efficacement les affaires publiques et de promouvoir le bien-être de sa population. Il est donc permis de dire que tout Etat qui ne s’acquitte pas de tout ou partie de ses obligations est sujet à des soubresauts porteurs de fragilité et de conflits. Kabiné Komara estime que les maux de l’Afrique sont liés à la mauvaise gouvernance, l’intolérance et l’accaparement des richesses, la corruption généralisée, le totalitarisme, la faiblesse des structures étatiques, l’injustice, la carence sociale et économique, l’exclusion des minorités, la prise en otage du système étatique par les narcotrafiquants et les trafiquants d’armes. Kabiné Komara a révélé que l’institutionnalisation de la mauvaise gouvernance et l’abus de la volonté de s’approprier la richesse publique amènent certains dirigeants à conclure des deals opaques dans l’exploitation naturelle du pays. Des clans se forment pour le contrôle des marchés publics et pour pratiquer des détournements dans l’impunité.

Le ministre de l’Action humanitaire de la Solidarité et des Personnes âgées, s’est lui appesanti sur la situation humanitaire des réfugiés et des déplacés de notre pays. Mamadou Sidibé a défini « les réfugiés » comme des personnes ayant fui et traversé les frontières de leur pays. La protection et la prise en charge de ces catégories sont assurées par les autorités du pays où elles ont quitté, le Haut commissariat aux réfugiés (HCR) et le Comité international de la croix rouge (CICR). Ces réfugiés qui sont au Burkina-Faso, en Guinée Conakry, en Mauritanie, au Niger et au Togo sont au nombre de 167245. Par contre les déplacés internes sont des personnes ayant fui, mais en restant dans leur pays. Ils sont au nombre de 139241. Parmi ces déplacés figurent 35756 enfants scolarisés.

La protection et la prise en charge des refugiés sont assurées par les autorités nationales du pays en question. Le but de la réponse humanitaire à l’endroit de ces personnes vulnérables a-t-il expliqué est de réduire l’impact de la catastrophe sur ces populations et leur bien, le risque de l’excès de morbidité, mortalité et handicaps évitables, restaurer l’offre et l’accès au service de base, reconstruire un système plus résilient des catastrophes.

Pour répondre à cette question humanitaire des besoins de vivres, de santé, de l’eau, de l’assainissement, de sécurité ont été exprimés et identifiés. Pour cela trois piliers ont été mis en place. Il s’agit de la coordination, du financement humanitaire et de l’approche de responsabilité sectorielle. Mamadou Sidibé a annoncé que le gouvernement se prépare à diligenter les urgences en matière de prise en charge des besoins primaires des déplacés et réfugiés, à améliorer les conditions de vie des populations des zones exposées aux risques humanitaires, à coordonner les différentes interventions des acteurs mobilisés autour de la question humanitaire du pays et préparer le retour et l’insertion des populations déplacées.

S. Y WAGUE

SOURCE: L’Essor du   18 fév 2013

http://maliactu.net/13e-edition-du-forum-de-bamako-dans-le-volcan-de-lactualite/

 

Géostratégie

Développement

Enjeux scientifiques

Non classé

Articles récents

@fbamako

Suivre @fbamako sur Twitter

Copyright © 2013 Fondation FORUM DE BAMAKO.

Website development by dooInteractive

Inspiré de Laitao ; remerciements à Gilles Babinet et Geoffroy Deguy

Nous suivre sur Twitter

@fbamako